Conserverie CLAC

Nous avons pu interviewer un entrepreneur qui claque : Julien Anglade, fondateur de la conserverie CLAC en Auvergne.


Du «bon petit soldat» à un métier qui a du sens :

 

Pendant plusieurs années, Julien Anglade a été un bon soldat dans l’industrie agroalimentaire. Il a connu l’envers du décor, et, c’est avec des convictions et l’envie de développer son propre projet qu’il s’est lancé dans l’aventure entrepreneuriale.

 

Le projet de la conserverie est né dans un champ, en Auvergne.

En donnant un coup de main à ses amis maraîchers pour ramasser les carottes, il a été interpellé par l’avenir sans lendemain des légumes moches (fendus, trop petits, etc….)

Le soir même, il a récupéré 3kg de carottes et a développé sa première recette de tartinade : Mousse de carotte au bleu d’Auvergne.

Puis 2, puis 3 recettes validées par son entourage, l’entreprise est née !

 

D’où vient le nom CLAC ?

  

« Lors d’un apéro entre copains et en famille, ma femme m’a sorti, il faut un truc qui est court et qui claque ! »

Le lendemain matin, le nom est né : Conserverie artisanale et créative, CLAC.

Sans attendre, la marque a été déposée alors que l’entreprise n’existait pas encore ! 

 

Produits locaux, bio et artisanaux sur toutes les tartines !

« Aujourd’hui, la gamme est composée de 19 tartinables donc 11 fromagères et 8 végétales. Tous les ingrédients (hors épices) sont d’origine Auvergne, en collaboration avec des fermes et des maraîchers autour de la conserverie. »

« Ma conserverie est fondée sur 3 piliers : produits locaux/ frais de saison, bio et artisanaux ».

Pour aller plus loin, Julien a fait en sorte que toute sa gamme soit également sans gluten en remplaçant la farine de blé par une farine de haricot.


Comment le patron voit le développement de la conserverie ?

 

En restant toujours sur du végétal et du fromager, l’idée de Julien est de développer une gamme de sauces et légumes cuisinés ainsi qu’une gamme zéro gaspi.

Aujourd’hui, CLAC est implanté en France dans les magasins bio et épicerie fine. L’objectif est de toujours continuer à se développer en France et  surtout pas en grande distribution.

 

« Aujourd’hui quand on achète des tartinades industrielles, l’histoire derrière est un peu triste même sur du bio quand on connait l’envers du décor… On achète uniquement de la communication. » 

 

Julien a commencé seul l’aventure CLAC. Et aujourd’hui, l’équipe s’est agrandi avec un ami qui a démissionné pour vivre l’aventure entrepreneuriale avec Julien en tant que responsable production /chef cuisinier et avec des apprentis qui l’accompagnent sur la communication, marketing et commercial.

 

CLAC a également changé de locaux en août 2019 pour produire dans les meilleures conditions toutes les bonnes tartinades qu’ils nous proposent.


En tant qu’expert, c’est quoi la recette d’un apéro réussi ?

 

« Un moment convivial avec des amis pour discuter de sujets divers et variés. Avec une tartinade CLAC, ça va de soi ! »

 

« On organise un apéro tous les mois à la conserverie pour discuter avec les gens autour des produits.

Le choix de l’apéro n’est pas anodin, j’aime l’apéro !

C’est le moment où on se retrouve en début du repas, on lance des discutions tout azimut et ça permet de s’enrichir mutuellement. »

 

Petit conseil dégustation de la sélection du Coq ?

 

On peut accompagner la tartinade carotte bleu d’Auvergne sur une tartine de pain légèrement toastée avec un verre de vin pinot noir bio de la région.

 

 

Le Coq a aimé CLAC, maintenant c’est à vous de goûter !

Catégories
Dossiers
Derniers articles
Ailleurs