Conserverie Jacqueline & Geneviève

Nous avons pu interviewer Estelle DUCHEMIN la jeune fondatrice de la conserverie Jacqueline & Geneviève en Indre-et-Loire.



Du bureau au bocaux !

 

Estelle DUCHEMIN a débuté sa carrière professionnelle dans le domaine de l’énergie. Mais la vie de bureau n’est pas faite pour elle. Elle décide donc à se réorienter.

L’agroalimentaire, l’agriculture, le vin l’intéresse mais elle choisit la cuisine (bien inspirée du parcours en restauration de ses parents).

Estelle constate un besoin des maraichers locaux à valoriser leur surplus. Ainsi, l’idée de faire de la conserve voit le jour.

 

Produits locaux, bio dans tous les bocaux !

 

« Aujourd’hui plus de 70% des produits sont de la Touraine où des départements limitrophes à moins de 50km du labo ».

Les agriculteurs ont parfois du mal à écouler leurs légumes (surplus, carottes à 2 jambes, hors gabarit et légumes moches). Estelle cuisine leurs légumes en tartinades, soupes, ratatouilles sous la marque Jacqueline & Geneviève mais également en marque dite « blanche » pour que les producteurs puissent en vendre toute l’année à leurs clients.

 


D’où vient le nom de la conserverie ?

 

C’est un clin d’œil à ses deux grandes mères.

« Mes grands-mères faisaient des bocaux et elles m’en donnaient beaucoup car elles avaient peur que je ne me nourrisse mal en ville ». Quand elles arrêtent d’en fabriquer, Estelle se rend compte que ces bonnes conserves lui manquent.

 

Comment Estelle voit le développement de sa conserverie ?

 

L’aventure a juste 1 an. Estelle a des idées plein la tête, notamment la création de plats vegan, comme par exemple un bourguignon de Tofu en collaboration avec une productrice de soja bio près de chez elle. L’idée est d’élargir sa gamme et d’essayer d’avoir systématiquement les labels bio, sans gluten et vegan.

 

Concernant son laboratoire, « il est bien pour commencer car c’est dans une ancienne cantine scolaire et surtout dans l’un des plus beaux villages de France ». Malgré tout, d’ici 2 ans si elle embauche (on lui souhaite), elle devra déménager dans son propre laboratoire.


 

La vie entrepreneuriale, le plus et le moins ?

 

« Le positif, c’est la confiance en mes capacités à apprendre, bâtir et grandir autant en si peu de temps ».

Le point négatif, dans l’investissement il faut parfois savoir dire stop et faire la part des choses pour ne pas mettre de côté sa vie personnelle.

 

Le coq a aimé cette jeune Tourangelle, Estelle de la conserverie jacqueline et Geneviève !

 

Produit végétarien bio, sans gluten à retrouver dans la box gastronomique du mois de mars.

Catégories
Dossiers
Derniers articles